top of page
Rechercher

Samos, Août '21



Trois raisons principales ont motivé notre voyage à Samos au mois d'août : tout d'abord, retrouver Georgia qui a si gentiment pris le temps (malgré son programme d'enseignement de l'anglais très intensif) de guider nos achats et de distribuer nos dons dans le camp de la jungle. Nous avons effectué les derniers achats de la subvention COVID et réglé les derniers détails de ce programme avec elle. Nous avons acheté et distribué plus de 9000€ d'articles d'hygiène pour lutter contre la pandémie (grâce notamment à la subvention de 10 000 US $) qui nous a été accordée par KKR.


Georgia nous a également emmenés voir les camps et nous avons enfin pu constater les conditions épouvantables dans lesquelles vivent les demandeurs d'asile et imaginer comment cela devait être quand ils étaient plusieurs milliers plutôt que quelques centaines à vivre dans ces conditions, avec un seul robinet d'eau courante pour tous. Le nombre de résidents a rapidement diminué au début de l'été : à l'approche de la saison touristique, la délivrance des autorisations de quitter l'île aux réfugiés reconnus s'est soudainement accélérée et de nombreuses personnes ont pris le ferry pour Athènes. Même le directeur du camp dit qu'il ne sait pas exactement combien de réfugiés il reste à Samos.


Sur les photos, il est possible de voir comment la jungle s'est construite à gauche et à droite du camp officiel et s'étendait auparavant sur une surface encore plus grande. Dans sa plus grande extension, la jungle s'étendait de chaque côté du camp principal, sur la photo de gauche l'extension s'étendre à droite, jusqu'aux bords de la photo.


La troisième raison importante d'être là était de rencontrer le directeur du camp officiel et de voir l'avenir de notre programme de plantation d'arbres dans le nouveau camp. Nous avons été reçus avec gentillesse et il nous a dit qu'il espérait transférer les demandeurs d'asile vers le nouveau camp à l'automne, après quoi notre plantation d'arbres aura lieu.


Une brève visite, non officielle, du nouveau camp, perdu dans les collines arides, nous a permis de constater son immensité et la nécessité de planter des arbres. Ce nouveau camp disposera de toutes les commodités sur place, du supermarché à l'hôpital, et les résidents auront des bracelets électroniques pour contrôler leurs allées et venues, et ne seront autorisés à sortir qu'à certaines heures.


Les besoins d'aide vont se poursuivre à Samos, comme ailleurs en Grèce. Malheureusement, la population grecque se sent dépassée et abandonnée. Le ressentiment à l'égard des réfugiés et de l'Europe est très répandu. Bien qu'il y ait eu une réduction du nombre de réfugiés arrivant en Grèce cette année (principalement en raison des refoulements illégaux en mer et de l'augmentation des patrouilles aux frontières), la situation internationale continue de se détériorer sérieusement et nous devons nous préparer à un besoin d'aide toujours croissant.




34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page